Pour un changement de paradigme !

Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C ou même en deçà de 2°C, stopper l’érosion de la biodiversité et préserver nos ressources sont les plus grands défis de notre siècle. Il nous impose de réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre, de prendre soin du vivant et de nos ressources naturelles. Pour atteindre ces objectifs, le développement continu de notre production, sans boussole écologique et sociale, ne peut plus être notre seul horizon. Il est temps d’accepter notre vulnérabilité pour écrire une nouvelle page de notre histoire, afin de mieux prospérer collectivement. Les limites des conditions matérielles de la planète doivent nous inviter à changer de paradigme.

Disons le clairement, nous ne partageons pas la logique du gouvernement. L’ambition n’est résolument pas de sortir de la course effrénée au productivisme. Elle vise à réintégrer notre pays dans la compétition internationale en l’habillant d’une volonté de décarbonation. Cela n’en fait pas une industrie que l’on pourrait qualifier de verte.
La stratégie “Industrie verte” du gouvernement, qui n’a donc de vert que son nom, nous oblige à exposer l’importance d’un nouveau paradigme. Une alternative réaliste qui prouve qu’une réindustrialisation réellement verte est possible et bénéfique pour tous et qu’un verdissement de l’industrie existante peut être efficace.